Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Politiques agroalimentaires et la faim dans le monde

Politiques agroalimentaires et la faim dans le monde

Agrimonde-Haïti a pour mission d'informer les internautes sur les politiques agroalimentaires, l'énergie et le développement durable ainsi que les avancés scientifiques dans ces domaines. Il vise la diffusion des informations sur l’évolution de la sécurité alimentaire et former les opinions sur la faim dans le monde et sur tous les sujets connexes. Agrimonde a aussi pour mission de mener des actions concrètes visant a éradiquer la faim.

Les consommateurs délaissés…

Les consommateurs délaissés…

De nos jours, la question du droit des consommateurs en Haïti est inscrite au menu des discussions. Qui protège véritablement les consommateurs en Haïti ? Une interrogation qui mérite une réponse à l’occasion de la journée internationale des droits des consommateurs, le mercredi 15 mars 2017.

Les droits des consommateurs font partie des multiples droits non respectés en Haïti. Au début de janvier 2017, une situation s’est produite dans un supermarché de la zone métropolitaine où un client détenait des produits avariés. Il explique : « J’ai acheté récemment des produits alimentaires dans un supermarché. Une fois arrivé chez moi, je constate que trois d’entre eux sont expirés », témoigne ce citoyen d’un ton désespéré. Donc, dans les centres commerciaux, ou dans les supermarchés, on peut, sans le savoir, acheter des produits avariés, conclut le consommateur. En 2016, des informations faisaient croire qu’une farine importée de la République dominicaine contenait un taux trop élevé de bromate de potassium. Personne ne sait quelle quantité de ce produit on consommait déjà en Haïti. Aujourd’hui, des produits en plastique (riz, spaghetti, poule) seraient en vente sur le marché, bien que le MCI (ministère du Commerce et de l’Industrie) dise n’avoir pas encore trouvé les traces de ces produits en plastique sur le territoire national. De plus, en matière de télécommunications, les droits des consommateurs sont bafoués.

 Il n’y a pas vraiment d’association de défense de droits des consommateurs en Haïti. Mais au niveau du ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI), il y a une direction portant le nom de Direction du contrôle de la qualité et de la protection du consommateur (DCQPC). Devant l’énormité du problème, la DCQPC ne remplit pas sa mission. Elle a affirmé avoir facilité la mise en place de dix associations de défense des consommateurs fondées sur le concept de gestion de proximité dans le but d’avoir une meilleure surveillance des biens et services. Ces associations sont-elles opérationnelles ? Car le problème reste entier.

Le cadre légal sur la question en Haïti peut se trouver dans la partie deux, articles 184, 185 et 186, du traité instituant la communauté et le marché commun des Caraïbes signé à Chaguaramas le 4 juillet 1973. Ainsi, le point b de l’article 185 interdit d’inclure des conditions abusives dans un contrat de vente et fourniture de biens ou de services à des consommateurs ; et le point fait mention de l’interdiction des pratiques commerciales déloyales, en particulier des pratiques trompeuses, frauduleuses de nature à induire en erreur.

D’autres points font mention des mesures prises par la commission pour le bien-être des consommateurs et la protection de leurs intérêts comme le stipule l’article 186, parlant de sanctions à prendre pour que les États membres éliminent les pratiques commerciales déloyales, y compris les pratiques trompeuses ou de nature à induire en erreur, comme publicité trompeuse, dérive des ventes, vente par dénoyautage et ventes pyramidales. La commission contrôlera également, après avoir consulté les organismes gouvernementaux et les ministères compétents, l’application des dispositions législatives ayant une incidence sur les intérêts des consommateurs, y compris, les dispositions législatives relatives aux poids et aux mesures, à la falsification des produits alimentaires et des médicaments, au contrôle des normes et aux contrôles des produits. Il y a bien d’autres points faisant allusion à la protection des consommateurs membres de la communauté.

Dans la foulée, depuis juillet 2012, le gouvernement d’alors avait présenté au Parlement (49e législature) trois projets de lois relatives à la protection des consommateurs. La première porte sur la protection des consommateurs, la deuxième sur le contrôle de la qualité des denrées alimentaires et la dernière instituant la création du Centre national de normalisation, de certification et de promotion de la qualité sont autant d’outils visant le renforcement des dispositifs d’inspection. En ce sens, plus d’un pense que le vote de ces textes permettra de creuser, « pour le consommateur sur le marché haïtien, des voies de recours mettant en évidence les abus et les injustices sociales qui affaiblissent trop souvent les droits des consommateurs ». Des personnes interrogées, à l’occasion de cette journée, regrettent que jusqu’à présent, le pays n’ait pas un cadre légal véritable qui garantisse les droits des consommateurs. Pour ces gens, les consommateurs haïtiens sont délaissés…

Il faut rappeler que le 15 mars 2017, la journée internationale des droits des consommateurs est célébrée partout dans le monde autour du thème : « les droits des consommateurs à l’ère du numérique ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Angelilie 20/03/2017 14:25

Bonjour, j'apprécie beaucoup votre blog. n'hésitez pas à venir visiter le mien. au plaisir

Dorwens 20/03/2017 22:35

Bonjour !
Merci cela me fait plaisir. Je viens de visiter aussi votre blog. Je vous félicite également pour son contenu. N'hésitez pas à partager mon blog avec vos amis, je ferai pareil.