Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Politiques agroalimentaires et la faim dans le monde

Politiques agroalimentaires et la faim dans le monde

Agrimonde-Haïti a pour mission d'informer les internautes sur les politiques agroalimentaires, l'énergie et le développement durable ainsi que les avancés scientifiques dans ces domaines. Il vise la diffusion des informations sur l’évolution de la sécurité alimentaire et former les opinions sur la faim dans le monde et sur tous les sujets connexes. Agrimonde a aussi pour mission de mener des actions concrètes visant a éradiquer la faim.

Damien a un nouveau chef : Carmel André Belliard nouveau ministre de l'agriculture

La mise en place d’une banque de crédit agricole, la modernisation du secteur agricole, l’amélioration des conditions de vie des travailleurs de la terre, le renouvellement du cadre aratoire et cultural par la modernisation des pratiques et la conduite d’une nouvelle approche de l’exploitation agricole sont, entre autres, les défis fixés par le nouveau ministre.

Damien a un nouveau chef : Carmel André Belliard nouveau ministre de l'agriculture

C’est dans une ambiance pour le moins bouillante, en présence de plusieurs hauts dignitaires d’horizons divers que le ministre du Commerce et de l’Industrie, Pierre-Marie Du Meny, a procédé en milieu de journée du mercredi à l’installation de Carmel André Belliard comme titulaire du Ministère de l’Agriculture des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR).

Sans tarder, le nouveau chef de Damien compte se mettre à l’œuvre. Pas la peine de parler de phase d’observation. C’est un fils de la maison. Dans des niveaux un peu inférieurs, M. Belliard a déjà prêté ses services au ministère de l’Agriculture. La mise en place d’une banque de crédit agricole, la modernisation du secteur agricole, l’amélioration des conditions de vie des travailleurs de la terre, le renouvellement du cadre aratoire et cultural par la modernisation des pratiques et la conduite d’une nouvelle approche de l’exploitation agricole sont, entre autres, les défis fixés par le nouveau ministre. Carmel André Belliard mesure bien la dimension de sa mission. Il comprend que l’agriculture est la priorité des priorités du gouvernement dont il fait partie. C’est pourquoi il veut se mettre au travail afin de faire atterrir la vision du président de la République.

Des chantiers sont déjà annoncés. Mais la consolidation de la capacité institutionnelle du ministère, par la mise en place d’une cellule technique constituée de cadres de très haut niveau sera la première action entreprise par cette nouvelle équipe. Cette structure, explique le ministre, est appelée à fournir un accompagnement dans la réalisation de certaines fonctions par les directions, notamment en matière de gestion des programmes et projets. Ainsi, M. Belliard comprend que la tâche sera ardue et les ressources limitées. L’état des lieux de cet espace de gouvernance a confirmé, avoue-t-il, que des contraintes à la fois techniques et organisationnelles devront être levées au plus vite, s’il faut mettre l’agriculture en mesure de constituer ce pôle de croissance naturel et de vecteur de mieux-être qu’on lui reconnaît. Comme pour dire aux grands maux, les grands remèdes, il promet de constituer une équipe à la dimension des obstacles. Son vœu le plus cher est que le ministère remplit efficacement sa mission qui est, entre autres, de fournir à la population, le minimum alimentaire qui répond aux critères de quantité et de biodisponibilité.

Pour y arriver, le responsable promet de sauvegarder les avancées pertinentes effectuées par l’administration précédente tout en revisitant certaines initiatives et retravaillant certaines interventions dans la perspective de résorber les déficiences structurelles et les inadéquations opérationnelles qui définissent le fonctionnement du secteur caractérisé par un manque d’investissement. À ce niveau, le responsable parle de la création d’une banque nationale de développement agricole. « Pour avoir compris que le crédit constitue la pierre de touche de la relance agricole, le gouvernement a judicieusement opté pour la création d’une Banque nationale de développement agricole », a déclaré le nouveau chef de Damien.

Aussi projette-t-il de s’appliquer de façon prioritaire afin de matérialiser cet objectif. Le financement de l’agriculture étant une préoccupation majeure pour l’équipe en place. Le natif du Cap-Haïtien croit qu’en agissant ainsi, les décideurs prennent les dispositions qui s’imposent dans l’optique de promouvoir l’agrobusiness et d’élargir la base entrepreneuriale agricole, afin de créer des emplois de qualité dans ce secteur qui occupe déjà près de la moitié de la population active.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Dorwens 24/03/2017 01:42

Je souhaite de tout cœur que le nouveau titulaire de Damien, un ancien professeur et directeur de mon memoire de licence pour qui j'ai beaucoup d'estime, prendra en compte dans son programme de banque de développement agricole la problématique de l'assurance agricole. Pour briser le cycle de pauvreté des paysans, il sait qu'il est primordial de permettre aux paysans d'avoir accès à une police d'assurance. Fournir du crédit au paysans sans assurance c'est appauvrir davantage les paysans lorsqu'on sait le niveau de risque auxquels sont exposés nos paysans ( Sécheresse, inondation et la volatilité des prix etc.).